MUR-MURS


DOCUMENTAIRE 52 mn
Scénario : Lilian Bathelot
Réalisation : Lilian Bathelot
Production : ANDERANDERA PRODUCTION / VIA OCCITANIE

Documentaire en développement en partenariat avec ViaOccitanie

L’enjeu de ce film est de montrer comment un évènement culturel majeur peut non seulement modifier la physionomie d’une ville victime d’un collapsus industriel, économique, immobilier et social, mais aussi, et surtout, comment il peut contribuer à faire émerger une identité culturelle nouvelle, rétablir une fierté d’appartenance en valorisant les racines culturelles du territoire et, finalement, inverser la spirale du déclin et devenir vecteur d’une renaissance économique.

Jadis laborieuse et prospère, la communauté urbaine de Decazeville – Aubin a vu des milliers d’emplois de la sidérurgie et des charbonnages détruits. La population s’est effondrée. Les jeunes partant travailler ailleurs, elle a subi un vieillissement, la paupérisation et la ruine de nombreux immeubles désertés. Les tentatives pour enrayer la spirale du déclin économique eurent souvent des résultats décevants. Au sein du territoire, ces échecs ont laissé de véritables traumatismes dans une identité culturelle atomisée, et, vue de l’extérieur, une image souvent très défavorable.

Aujourd’hui, « Decazeville communauté » porte un projet réellement majeur qui va se dérouler deux semaines durant aux mois de mai et de juin 2019, le dispositif Mur-Murs, street art in Decazeville[1], un festival international de street art, regroupant les figures des plus en vue des scènes nationale et internationale, qui viendront créer en direct une vingtaine de fresques géantes jusqu’à 30 m de haut pour 800 m2 de surface, ce qui va transformer la petite ville minière en musée à ciel ouvert. (Liste des artistes présents p. 21)

Au-delà de cet événement d’envergure en lui-même, ce projet entend initier une réelle dynamique, de nature à générer une véritable révolution culturelle au sein du territoire, en ouvrant la perspective d’une identité culturelle et sociale nouvelle, qui peut reconstruire une fierté d’appartenance et l’espoir d’un véritable renouveau économique fondé sur les réalités du monde moderne.

Nous souhaitons que ce film rappelle brièvement et avec force l’histoire de ce territoire[2], de son identité à la fois singulière et représentative de la culture ouvrière du XX° siècle, puis celle de son effondrement. Ceci étant brièvement exposé, nous voulons surtout relater le moment décisif pour ce territoire sinistré, ce moment où l’espoir renaît enfin dans l’esprit des habitants. Nous voulons réaliser un film qui capte sur le vif, à hauteur d’homme, les toutes premières réactions, les premières manifestations tangibles de la révolution culturelle que ce territoire s’apprête à vivre et qui peut apporter un véritable changement de paradigme dans les réalités humaines, sociales et économiques de l’ancien « Pays noir » qui s’invente un avenir en respectant ses racines singulières à la fois rurales, industrielles et où la culture a toujours eu sa place.

[1] Lire le dossier de ce projet… dont on a du mal à imaginer l’ampleur p. 22

[2] Filmant la vie industrielle, économique et sociale du Bassin depuis plus de 30 années, et ayant accès au fonds de l’ASPIBD, nous disposons pour cela d’images fortes et inédites.

Scroll Up
Facebook